More

    L’histoire de John Lewis continue dans le roman graphique “Run”

    Couvertures de livres de la série de mars derrière le dernier roman graphique "Cours."

    Après le succès critique et commercial racontant l’histoire du leadership du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) de John Lewis dans le Mars Trilogy, les créateurs Lewis, Andrew Aydin (écrivain) et Nate Powell (illustrateur) sont de retour dans le prochain chapitre : Cours.

    Sorti en août 2021, ce livre ajoute l’artiste L. Fury dans le partage de l’héritage de Lewis. L’artiste basé à Houston a commencé dans la bande dessinée Web avant de passer à la bande dessinée longue.

    Avant le début du roman, une note se lit comme suit : “lorsque Lewis est décédé en juillet 2020, la majorité des pages terminées avaient été complétées et révisées”. La seule image sur la page est une paire de chaussures vides et usées symbolisant la perte de Lewis. De plus, ils rappellent aux lecteurs que nous poursuivons leur héritage et sommes responsables de la lutte pour la justice.

    Cours est un bon début pour présenter aux lecteurs les 33 années de la vie de Lewis dans la fonction publique. Les créateurs ont déclaré que des moments historiques comme la guerre du Vietnam, l’administration Nixon et la frustration face à l’action / l’inaction des années 60 sont la toile de fond de cette série. Ils montreront également la montée du Black Panther Party (la libération des Noirs en tant qu’idée globale et le séparatisme noir) et la troisième vague du Ku Klux Klan.

    Avec tant de choses qui se passent, le roman graphique a du mal à équilibrer le dumping d’informations à certains moments. Les problèmes de raconter plutôt que de montrer détournent le lecteur de l’histoire. Cela ne rend pas le livre plus long, mais j’ai parfois l’impression que je devrais peut-être prendre des notes.

    D’un côté, je comprends. La transition de militant à législature a besoin de plus de contexte, mais certains chiffres auraient pu être mentionnés avec un simple signe de tête, dirigeant les lecteurs vers la section des biographies du livre à la fin.

    Couverture du livre du roman graphique "Cours."

    (Image : Abrams Books)

    Travaillé à travers l’administration Trump et au début de Biden, Cours a duré près de cinq ans. Le changement de ton de Mars (développé/publié pendant les mandats d’Obama) pour Cours parallèle aux changements sismiques d’attitude après l’adoption de la loi sur les droits de vote de 1965.

    Même avant que COVID-19 ne prenne le contrôle de nos vies, chaque jour de l’administration Trump ressemblait à la fin d’une bataille perdue d’avance. Beaucoup se sont réveillés de la désillusion que la politique raciale s’est améliorée après l’élection du premier président noir.

    Bien que je ne pense pas que les auteurs (Lewis et Aydin) y aient cru, ils ont capturé l’espoir de la nation en Mars en fixant son « présent » à l’investiture d’Obama. Cette histoire a montré « jusqu’où nous sommes allés » contre le combat qu’il a fallu pour rendre possible la présidence d’Obama. Cours agit comme un rappel ferme qu’il y aura toujours un recul après les succès, et cela peut sembler vaincu.

    Ce changement de tonalité n’est ni bon ni mauvais, juste différent. Cependant, il est communiqué avec un grand effet. Le passage de Lewis au-delà de ses racines dans la SNCC a été aussi important qu’il l’était.

    Commençant l’histoire deux jours après la signature du Voting Rights Act de 1965, Cours montre que la politique seule ne peut pas faire des changements nécessaires une réalité. Ces politiques doivent être suivies d’effet et de soutien, sinon ce ne sont que des mots sur papier. Les mots qui ne sont pas protégés seront rognés, comme, par exemple, les lois modernes de suppression des électeurs.

    Versements futurs

    Les derniers 20 % de Courir : Livre 1 récompense les lecteurs avec des notes, des mini-biographies de nombreux nouveaux visages, ainsi que des sources et des notes sur des sections spécifiques et l’expérience globale de l’adaptation de récits historiques réels au format de roman graphique. Cette fonctionnalité est absente de la première série, et j’espère qu’elle continuera au fur et à mesure que l’histoire progresse, surtout sans la présence de Lewis.

    John lewis

    (Photo de Pablo Martinez Monsivais-Pool/Getty Images)

    En parlant d’aller de l’avant, avec le décès de John Lewis, mes sentiments déjà mitigés d’avoir une équipe créative entièrement blanche racontant cette histoire se sont solidifiés en une inquiétude alarmante.

    Il semble qu’il y ait eu une tentative de faire venir l’artiste et musicien Afua Richardson pour le premier volet de Cours. En plus de publier dans les trois grands (DC, Marvel et Image), le travail de Richardson est apparu dans L’attaque des Titans et Mad Max, trop. Dans les HBO Pays de Lovecraft, Richardson a travaillé dans le département des accessoires, créant les bandes dessinées pour l’histoire de Dee et Hippolyta. Pour des raisons inconnues, plus tôt cette année, elle ne faisait plus partie du projet.

    Le titre de ce livre confirme qu’il s’agira d’une série, et maintenant il n’y a plus de voix noires éminentes pour raconter l’histoire de ce personnage historique noir. Aydin (également un ancien membre du personnel de Lewis depuis des décennies), Powell et Fury seule ne devrait pas gérer l’avenir de cette série. Le peu de latitude accordé en raison de l’implication de Lewis s’est terminé avec la publication du premier livre.

    Jusqu’à ce que nous obtenions le prochain livre, je recommande de prendre Cours, surtout si vous lisez le Mars Trilogie, parce que, sans la prochaine histoire complète, Cours ressemble à un long chapitre bonus ou à un épilogue de la série précédente.

    De plus, si vous souhaitez participer à une conversation sur Cours avec Aydin, Powell et Fury, ils parlent ce soir avec Anthony Dixon (pompier et neveu de Lewis) à la Lewes Public Library dans le Delaware sur Zoom à 17h00 HNE.

    (image présentée : Abrams Books et Top Shelf Productions.)

    Le Mary Sue peut gagner une commission d’affiliation sur les produits et services achetés via des liens.

    Le Mary Sue peut avoir des partenariats publicitaires avec certains des éditeurs et titres de cette liste.

    Vous voulez plus d’histoires comme celle-ci ? Devenez abonné et soutenez le site !

    —Le Mary Sue a une politique de commentaires stricte qui interdit, mais sans s’y limiter, les insultes personnelles envers personne, discours de haine et trolling.—

    Une astuce que nous devrions connaître ? [email protected]

    Articles en vedette

    Derniers articles

    Articles similaires